CFC/N2F : La saison commence !

La saison 2020-2021 et le championnat de Nationale 2 Féminine va débuter pour le VB Nantes. Entre objectifs et ambitions, la nouvelle responsable du Centre de formation, Pascale Bonhomme, nous présente les contours de sa mission en interview.



Pascale peux-tu te présenter et nous rappeler ton cursus ?

Bonjour je m'appelle Pascale Bonhomme je suis issue d'une formation STAPS, j'étais à l'université de Nanterre en région parisienne et une fois terminé mon parcours  universitaire, j'ai fait des vacations en E.P.S.

Comme j'attendais souvent les remplacements, j'ai voulu trouver quelque chose de beaucoup plus stable alors j'ai été embauchée par le comité de volleyball des Hauts-de-Seine où j'ai œuvré pendant quatre ans surtout dans le développement du comité départemental avec pour objectif principal, l'augmentation des licences. C'est déjà un comité très fort donc il n'y avait pas beaucoup de travail car les clubs le faisaient très bien. Mais c'était une mission très intéressante.

Après je suis partie sur une ligue régionale car j’ai voulu aller voir plus haut. Ça m'a permis de quitter la région parisienne. Je suis donc allée voir en Basse-Normandie pour voir le volley sur le plan régional. Un vrai challenge pour moi : je voulais voir si j'étais capable également de participer à son développement, grâce à mon travail et pas seulement grâce au travail des clubs. Donc je me suis penchée sur les grands principes du développement de base du volley-ball : la formation de cadres et sur le développement d'un championnat de beach.

Je suis restée deux ans mais le haut niveau me manquait un peu. On m'a proposé un travail au niveau fédéral sur la détection nationale féminine. J'ai donc travaillé pour la Fédération Française de Volley-Ball pendant neuf ans. J'ai cumulé cette mission de détection nationale avec ma mission d'entraîneur de pôle espoir.

Ensuite je me suis occupée du pôle de Bordeaux : j'étais surtout en charge  de l'entraînement. Pour ce qui était de la préparation physique et le suivi des études, j'avais la chance d'être épaulée par un collègue puisqu’effectivement j’avais conservé à la Fédération le poste de détection nationale donc j'ai cumulé une double fonction.

Ensuite je suis passée par le pôle France. J'ai demandé cette évolution et j'ai été adjointe sur le pôle France de Toulouse, et au bout de deux ans on m'a confié l'équipe de France U18, que je n'ai eue qu'une année hélas. J'ai eu une génération pas facile, et je commençais à apprendre beaucoup, mais malheureusement je n'ai pas pu continuer. Les choix ont été autres !

Donc beaucoup d'expériences, j'ai touché un peu à tout. J'ai aussi eu la chance d'entraîner en club en plus de mes missions au Comité et à la Ligue. 

Après mon expérience à la Fédération, j'ai eu un contrat ministériel et je suis restée sur Toulouse car j'étais toujours liée par un contrat de préparation olympique.

Il y a peu, tout s'est arrêté, et j'ai pris un peu mes distances avec le haut-niveau pour me ressourcer. J'ai ensuite entraîné au club de Vannes les deux dernières années de mon cursus. J'y ai pris beaucoup de plaisir avec les gens que j'ai entraînés, humainement. Par contre, il n'y avait pas assez de projets de haut-niveau pour moi, C'est ce qui m'a amenée à Nantes.


Le VB Nantes est donc une nouvelle étape dans ta carrière, quelles sont tes missions ?

Ma mission à 80% c'est l'entraînement du Centre de Formation et j'ai aussi les petits poussins qui sont adorables ! Je suis ravie de faire de la formation du jeune joueur pour l’amener au haut-niveau, mais également de la formation de grands débutants. J'adore m'occuper des petits car c'est beau de leur apprendre le commencement. J'aime bien cette mission aussi.


Peux-tu nous présenter ton groupe du Centre de Formation, qui va aussi évoluer en N2 ?

J'ai un effectif de 11 joueuses ; on a souhaité renforcer le poste de passeuse, car pour moi c'est compliqué de tourner avec une seule passeuse en championnat et en coupe de France. Je pense que ce n'était pas tout à fait jouable pour elle et pour le groupe. Donc on a étoffé ce poste. Ambre TOMCZYK et Romy TALEUX seront nos passeuses.

On a trois centrales, Jade LE MIGNON, Mathilde NEDELEC et Thémis SANOU qui est issue de la N3. Elle est montée, je trouve que c'est vraiment top de donner la chance à une joueuse de N3. Attention, elle a aussi le potentiel pour aller prendre cette place là et faire quelque chose.

Cinq ailières font partie du groupe, Mathilde ROZE, Juliette VILLETTE, Lou MEYER, Anaïs TIFON et Gloria TAOFIFENUA.

On a une libéro qui sera également la libéro de la coupe de France, c'est Marie PERRAUDEAU qui va prendre plus de responsabilités à ce poste, ce qui va permettre de libérer Mathilde ROZE pour que j'aie des solutions sur les ailes.

On a également une pointue qui était une centrale auparavant, donc il y a un peu de travail, le temps qu'elle s'adapte à ce poste. 

On a aussi choisi de renforcer la réception car on sait aussi que sur un championnat féminin, c'est le secteur service/réception qui permet de tenir le haut de tableau.

Je pense que, concernant les renforts souhaités, on a bien travaillé pour avoir le bon effectif, maintenant il est sûr qu'on a perdu de la qualité d'attaque après le départ d'Alexandra LE MAO. Mais on a des jeunes, des nouvelles qui ont envie de prouver des choses. A voir sur le temps !




Après un mois de préparation, comment évalues-tu le niveau de ton groupe ?

Au départ, j'étais un peu inquiète car je trouvais le groupe super jeune : deux joueuses de 2003, dont la passeuse. Sur le papier c'est jeune pour tenir un groupe de N2 avec également des filles ayant peu d'expérience de ce niveau de jeu. Donc oui, au début j'avais un peu peur de ce manque d'expérience. Mais en fait, en terme  d'investissement et d'envie de réussir, en un mois de préparation, avec ce que j'ai vu, on peut tout à fait exiger d'être dans les 3 premières places du championnat.


C'est l'objectif pour ton groupe et toi, ce podium de N2F dans la poule C ?

Oui bien sûr, surtout qu'on sait que du fait de la crise sanitaire, il n'y a eu que des montées en N2 et pas de descente(s) de N1 à N2. Donc déjà le niveau s'affaiblit un peu. Il y a eu beaucoup de recrutements de la part de certains clubs pro comme Terville qui a ouvert son centre de formation donc qui a aspiré pas mal de jeunes. Donc il y a des équipes de N2 qui ont été déshabillées de leurs jeunes, ce qui donne l'impression que la poule de N2 sera un petit peu moins forte. Des équipes qui, l'année dernière, étaient en haut du tableau (Poitiers et Saint Cyr), sont affaiblies voire absentes. Ce qui confirme notre statut de favori avec le Stade Français Paris St-Cloud et Mérignac. Attention à cette équipe qui n'était pas bien classée du tout la saison passée mais qui a récupéré au moins deux anciennes joueuses de l'équipe Elite. Donc pour moi ce sont ces deux clubs à aller chercher. Il faudra surtout ne pas faire d'impair sur les matchs à gagner.


Dans l'organisation du travail, dans la gestion du centre de formation et de la N2, comment es-tu épaulée au niveau de ton staff ?

Je suis énormément épaulée, c'est impressionnant de voir le nombre de personnes qui interviennent et qui aident. Du coup je suis en train de prendre mes marques pour savoir qui est qui et à qui je dois demander quoi.. Mais l'avantage c'est que finalement, je n'ai pas besoin de demander, j'ai tout ce dont j'ai besoin... J'ai l'impression d'être vraiment allégée pour pouvoir me concentrer sur l'entraînement... Que du plus !


Un petit mot sur la coupe de France qui est aussi l'une de tes missions ?

On m'a annoncé d'entrée de jeu que le club voulait un titre, à voir s'il sera pour les M21 ou les M18... ou bien les deux ! Nous devons donc atteindre les phases finales. C'est dans la tête de tout le monde.





Justement en parlant de titres, est-ce que pour toi c'est important pour la renommée d'un club ?

C'est sûr, mais pour Nantes le travail n'est plus trop à faire tant ce qui à été réalisé  les années précédentes a été bon. Il n'y a qu'à regarder le recrutement effectué par Bruno Renaud et Franck Perraudeau... Il n'y a plus besoin de créer cette renommée mais de l'asseoir et que le titre vienne récompenser et valider toutes ces années de travail. Surtout que ça fait deux ou trois ans que le club a remis en place une politique de formation pour la performance et les résultats, du coup je pense qu'il est l'heure pour le club d'aller chercher un titre en guise de retour sur investissement.


Pour terminer, qu'est-ce qui permettrait de qualifier de "réussie" cette première saison au VB Nantes ?

Pour moi, c'est déjà que les filles de ce groupe aient envie de prolonger en fin d'année. Mais je pense aussi que la réussite de cette équipe passera par des valeurs de performance. Jouer avec la crainte de ne pas pouvoir conserver sa place, savoir que son poste sera convoité par d'autres profils. Cela élève le niveau d'exigences et la progression au quotidien.

Volley-Ball Nantes

Section Amateur

478 route de Saint-Joseph 44300 Nantes

Tél : 02.40.30.11.18

Mail : contact@volleyballnantes.com

Newsletter du Volley-Ball Nantes

© 2020 Volley-Ball Nantes. Conception & Design by Corentin Pingeon & Beaccentgraph. Photos by Corentin Pingeon & VBN